L'info sans-gêne

Dossier: la Fabuleuse histoire du décolleté

By  | 

Décolleté: nom masculin: Partie de la gorge et des épaules mises à nu. Echancrure d’un vêtement qui dégage le cou et parfois les épaules.

La version britannique du magazine Vogue a récemment annoncé la fin du décolleté. 

A l’heure où des personnalités l’arborent fièrement, les femmes mettraient celui-ci de côté par crainte du harcèlement, notamment sur les réseaux sociaux. Dans le cadre de notre dossier sur le décolleté, Florence Müller, Conservatrice de la mode et du textile au Denver Art Museum a retracé l’histoire de ce dernier.

(Pour lire l’article du dossier cliquez ici ici.  Pour visionner le microtrottoir sur le sujet, cliquez ici.) 

Le décolleté fait son apparition à la Renaissance. « A l’époque, une sexualisation du vêtement se met en place, et la vision d’un monde dominé par la religion  est progressivement rejetée», explique Florence Müller. La quantité de tissu qui recouvre les épaules et la poitrine de ces dames diminue au fur et à mesure que le temps passe tandis que l’ordre religieux s’insurge contre ces comportements indécents.

Au 18e siècle, le décolleté est tellement profond, que les femmes portent des mouchoirs de col, des fichus que l’on croise sur les seins.

Pierre Paul Rubens, Hélène Fourment retirant son gant, vers 1632

Pierre Paul Rubens, Hélène Fourment retirant son gant, vers 1632

L’arrivée au pouvoir de Napoléon marque le retour de la sobriété. Découvrir ses épaules et ses seins n’est socialement acceptable que le soir, parmi famille et amis. Le décolleté a ainsi pour rôle de mettre en avant les bijoux de famille portés par la maîtresse de maison, tel un écrin, pendant les réceptions ou les dîners.

Les années 1920 marquent l’arrivée fracassante du décolleté dans le dos.

Dans les années 1950, l’Américaine Marilyn Monroe ou l’Italienne Gina Lollobrigida deviennent des icônes à la poitrine rendue ultra-proéminente à grands renforts de coussinets et de push-ups. Brigitte Bardot est elle aussi un symbole d’une féminité extravagante.

Marilyn Monroe dans Certains l’aiment chaud, 1859. Collection Christophel

Les années 60 effacent la poitrine, les soutiens gorge disparaissent. Les femmes apparaissent seins nus. C’est la mode hippie, et le naturel a la cote. On assiste à une négation dès années 50.

Pendant les années 70-80 Yves Saint Laurent crée des décolletés très souples qui deviennent à la mode et peuvent descendre jusqu’à la taille. Ils creusent une fenêtre très sensuelle sur la poitrine, et peuvent être très plongeant dans le dos.

La robe du couturier Guy Laroche que porte Mireille Darc dans le film Le grand blond avec une chaussure noire  complètement décolletée dans le dos et impossible à porter avec un soutien-gorge est une référence en la matière.

Mireille Darc porte une robe très échancrée dans Le grand blond avec une chaussure noire

Mireille Darc porte une robe très échancrée dans Le grand blond avec une chaussure noire

 

Le fameux smoking d’Yves Saint Laurent ouvert sur le devant jusqu’à la taille porté par Betty Catroux est, lui, le symbole d’une sensualité assez provocante de la femmes en pleine possession de sa féminité : mère, elle a un métier. Elle est indépendantes et forte. C’est une forme de pouvoir très masculin.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *