L'info (im)pertinente

Grand absent, exigences clitoridiennes et bonnes résolutions : la face cachée du mois de décembre

By  | 

L’ACTU EN RE-VUE | Les grands sujets ne font pas toujours les gros titres. Pour vous, Les Intelloes revoient la qualité de l’info à la hausse ! Checkés et sélectionnés avec soin, voici les articles du mois dernier qu’il ne fallait surtout pas rater.

.

2018.

Eh oui, il est fini le temps du Penelopegate, du suspens des JO 2024 et des élections présidentielles… Thomas Pesquet est rentré de son voyage en orbite et nous voilà, les pieds bien sur Terre après une année à rêver d’autres cieux, plus nécessaires et autrement plus indispensables.

Ne désespérons pas pour autant, bien au contraire car 2017, sous ses abords banals, a été florissante. On les a vues, suivies, ces petites graines d’égalité, de questionnement et de révolte plantées ici et là dont les premiers fruits, à la faveur d’une année d’efforts communs, se sont vus grandir et s’impulser les uns les autres.

 

Au revoir 2017

Année 2017, année féministe <3

Publié par Le Salon des dames sur dimanche 31 décembre 2017

 

Et si 2017 a vu les sujets relatifs aux femmes faire un grand boum, si nous tenons la barre, alors 2018 sera l’année de leur ancrage et de l’accomplissement.

Pour cela que peut-on vous souhaiter, nos meilleurs vœux ? Non, cette formule est bonne pour ceux qui n’ont rien à se dire. Nous, ce qu’on vous souhaite par dessus tout, ce sont des exigences. En amour, en affaires, en politique, en société et même en baise. Car si pour l’égalité au travail, tout du moins en France, on sait qu’il faudra attendre 2095,  pour ce qui est du sexe bonne nouvelle ! Vous êtes libres de choisir votre condition. Alors n’attendez plus, prenez votre plaisir à bras le corps grâce à l’avènement tant attendu du clitoris. Et décider de jouir, même égoïstement s’il le faut.

Aussi, cultivez une belle et salutaire ouverture d’esprit. Car comme l’égalité, le questionnement ou la révolte, sa graine verra forcément germer à son tour d’insoupçonnables unions. Apprenons par exemple à écouter les arguments des femmes qui se disent « non féministes » pour accepter les variantes sans les juger, et à garder un œil sur les sujets qui devraient être abordables et qui restaient pourtant jusque-là inabordés (au hasard, les violences sexuelles sur les femmes handicapées).

Pour finir – ou plutôt pour bien commencer, n’attendez pas que l’on vous souhaite une bonne année. Exigez de cette année qu’elle vous règle le compte de ce que nous avons semé ensemble.

 

Femmes antiféministes, exigences clitoridiennes et bonnes résolutions : la face cachée de l’actu du mois de décembre

// « Féminisme » élu mot de l’année 2017

Véritable concentré encyclopédique, voilà un article grâce auquel vous saurez tout, tout, tout sur le néologisme « féminisme ».

Vous apprendrez notamment que ses origines remontent au 19e siècle et que cocorico, il est apparu pour la première fois chez nous, en France. Aussi, vous vous réjouirez peut-être d’apprendre qu’il s’agit du mot le plus recherché dans les dictionnaires en 2017 (selon Merriam-Webster, un dictionnaire américain).

2017 : une bonne année pour le féminisme donc, et une bonne raison de commencer 2018 par ce « point culture » des plus à propos. À lire sur le site de TV5 Monde.

 

// Être femme et « antiféministe », c’est -presque- possible

« Peut-on être une femme en France en 2017 et ne pas être féministe ? »

Merci à Barbara Krief d’avoir donné la parole à ces femmes qui « maintiennent volontiers une distance de sécurité avec l’adjectif. » Mais aussi d’avoir souligné par la même occasion le paradoxe assez curieux qui s’immisce  cependant dans une large majorité de leurs discours.

« Les Françaises qui se défendent d’y toucher brandissent les mêmes formules. Pourtant à un moment ou à un autre, tout aussi non-féministes soient-elles, elles assurent être « évidemment » pour « l’égalité ». »

Des raisonnements complexes et un « dégoût du mot » féministe que l’on se doit de mieux comprendre. Merci Rue89.

 

// Près d’une femme en situation de handicap sur trois est victime de violences sexuelles

« Lorsque leur handicap est psychique, elles sont près de 90 % à avoir subi de tels actes. À part quelques associations et praticiens engagés, ces viols massifs se déroulent dans une invisibilité générale. »

En France, une seule association vient en aide sur ces questions aux femmes en situation de handicap (tous handicaps confondus). Ne pas fermez les yeux est un premier pas vers la lutte.

Les chiffres sont édifiants et pourtant le sujet est le grand absent des débats. Merci les Inrocks. 

 

// C’est cadeau. Martin Winckler partage 10 choses à savoir absolument avant une visite chez votre gynéco

On ne saurait trop vous conseiller de lire tout Winckler. Vous qui avez déjà eu affaire à un de ses livres ou à une de ses interviews, savez. Mais que celles et ceux qui n’ont pas saisi cette chance se ruent sur la moindre occasion – dont celle-ci.

« Le ‘cycle-normal- de-28 jours’ est une invention des médecins. » Car oui mesdames, « la durée du cycle est une particularité individuelle, comme la taille ou la couleur des cheveux ; ce n’est pas une maladie. » Et ce n’est qu’un minuscule aperçu des vérités -et des lois !- à connaître avant consultation.

À lire sur Topito.

 

Du SEXE !

// Bonne année de sexe !

2017 -année féministe- nous aura appris bien des choses sur les différentes sphères à mieux explorer pour mener les femmes à de plus grandes et justes libertés. Parmi ces domaines à approfondir et non des moindres se trouve…tadaaam… Le plaisir féminin.

Sérieusement, dites, les auteurs de manuels de SVT ont quand même attendu 2017 pour faire figurer le clitoris sur leurs schémas. Ce même clitoris qui, représenté pour la première fois en 3D, a alors révélé au monde toute l’étendue de son profil énigmatique. Il est peut-être temps, oui, de donner un peu plus de sens au plaisir féminin.

C’est alors que certains conseils jusque-là passés pour des banalités s’avèrent plus pertinents que jamais. Voici 7 résolutions à adopter pour faire vibrer cette nouvelle année, à lire sur RTLgirls.

 

// Le plaisir passera aussi par la réappropriation de nos standards

« Cheveux longs, seins siliconés, faux ongles, sexe glabre. Des corps jeunes, minces, à la peau blanche et ferme. Voilà à peu de choses près à quoi ressemble l’idéal féminin dans le porno mainstream. »

Le porno féministe lui, montre les femmes telles qu’elles sont, cellulite et poils compris « pour enfin proposer d’autres modèles d’identification à leur public féminin comme masculin. » C’est pourquoi on vous invite à lire cet article, premier de la série « Le porno autrement, cinq épisodes pour découvrir et décrypter l’univers du X loin des clichés. » À lire -et à suivre donc- sur Slate.

 

// « Clitoridiennes de tous les pays, unissez-vous ! »

Alors que la majorité des femmes sont clitoridiennes (moins d’une femme sur cinq atteint l’orgasme par la pénétration seule selon une étude parue dans le Journal of Sex & Marytal Therapy), la sexualité hétérosexuelle reste dominée par la pratique de la pénétration. Étrange pensez-vous ? Mais non. Au fond, vous savez bien que culturellement parlant, tout ce que le monde prétend savoir du plaisir féminin est à revoir.

« Le fait est que les hommes n’ont pas intérêt à intégrer que les femmes soient clitoridiennes. Le rapport vaginal reste à leur avantage, garantissant quasiment leur orgasme. »

Alors face à ce déni généralisé, nous, Les Intelloes, rejoignons solennellement le grand mouvement de libération de la parole clitoridienne. Géniale Maïa Mazaurette : #nousaussi

Du plaisir et encore du plaisir à lire ses chroniques sur Le Monde.

 

// Des images qui parlent d’elles-mêmes

Eh gars, sais-tu si ta dernière partenaire a joui lors de votre rapport ?

À des réponses auxquelles on pouvait aisément s’attendre de leur part -du « oui » direct aux plus humbles et honorables « je pense que oui« – s’ajoute une ironie plus explicite encore.

À la seconde question « et qu’est-ce qui a mis fin au sexe ?« , les hommes ont tous eu cette même tirade révélatrice : le rapport a pris fin juste après leur propre orgasme.

A-t-on franchement besoin d’en dire davantage..? À voir sur le HuffPost.

Le BONUS du mois

Dans cette vidéo, Catherine Arditi nous démontre par A+B que la langue française est sexiste.

Pourquoi la langue française est sexiste, par Catherine Arditi…

La langue française est sexiste. Catherine Arditi nous le prouve >> http://bit.ly/2jStOic

Publié par L'Obs sur mardi 5 décembre 2017

 

… En attendant le mois prochain, gardez les yeux ouverts et l’esprit affranchi !

Cassiopée Giret

.

Et pour ne plus manquer aucune Actu en re-vue des Intelloes, abonnez-vous à notre Newsletter !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *